Les méthodes indignes du NPA d'Olivier Besancenot

Publié le par JC 76

extrême gauche . Christian Picquet et d’autres responsables de la Gauche unitaire écartés du NPA.


« Nous considérons que les camarades qui fondent la Gauche unitaire rompent avec l’ensemble du NPA, et il nous apparaît normal de suspendre la participation des camarades qui mènent la campagne du Front de gauche des canaux de discussion et de diffusion du NPA. » C’est par une note interne du comité exécutif du parti d’Olivier Besancenot adressée aux comités locaux que Christian Picquet et les autres responsables de la Gauche unitaire, créée après que leur parti a décidé de faire cavalier seul aux européennes, ont appris qu’ils étaient écartés du NPA.


Mais Christian Picquet refuse cet état de fait et estime que le comité exécutif s’assied sur les statuts, qui stipulent que le vote des adhérents est nécessaire à toute exclusion. Dans un courrier à la direction du NPA, ses camarades et lui-même expriment leur inquiétude sur cette procédure d’éviction. « S’agit-il d’exclusions qui ne diraient pas leur nom, parce qu’ignorant les règles démocratiques et de transparence politique codifiées par les statuts du NPA ? » écrivent-ils.


La Gauche unitaire s’insurge également contre la note interne comparant leur participation au Front de gauche « à une opération hostile au NPA orchestrée par la direction du PCF et du PG ». Comme si un complot fomenté par ces deux formations « ferait de nous une sorte de cheval de Troie » d’une démarche « manoeuvrière », s’indigne la Gauche unitaire.


Elle demande à la direction du NPA de faire cesser « ces pratiques indignes et ces méthodes de traitement des divergences politiques ».

Avec la Gauche Unitaire, le Parti de Gauche et le Parti Communiste Français, le 7 juin, on vote Front de Gauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Chers camarades,<br /> <br /> losrque notre ami prouhet veut discuter du fond en posant le principe de l'indépendance vis à vis du PS, c'est qu'il s'agit d'une loi sacrée au NPA. Cette "nouvelle" organisation accueille des anarchistes, des éco-socialistes, des petits groupes sectaires, des décroissants réactionnaires... dans son souci de s'élargir. Le programme de la LCR a été dilué mais LE principe c'est d'être indépendant vis à vis du PS - et pourquoi pas vis à vis du PC.<br /> Notre ami prouhet pense sans doute que c'est un crime de lèse-majesté de faire des alliances électorales avec le PS. Il devrait relire un peu Lénine et Trotsky, qui avaient quelques connaissances sur la stratégie à adopter pour mener le prolétariat à la victoire.<br /> Etre critique envers nos directions actuelles, qu'elles soient syndicales ou politiques, parce qu'elles ont subi la pression des capitalistes, c'est une tâche essentielle à l'heure actuelle. Proposer une alternative, défendre un programme révolutionnaire, distinct des solutions réformistes qui mènent le mouvement ouvrier dans l'impasse, n'a rien à voir avec le fait de se distinguer "physiquement" en posant des critères qui, finalement, ne servent qu'à diviser, comme le dit très justement notre camarade Gaspard. <br /> D'autant plus si cette division facilite la victoire de notre adversaire, à qui nous voulons infliger une défaite cinglante. <br /> Donc, être critique ne signifie pas favoriser la victoire de l'adversaire. En ce sens, nous, les marxistes du PCF, appelons tous les camarades à faire campagne pour le Front de Gauche, et à infliger une défaite à la droite.<br /> Fraternellement
Répondre
G
La question est de savoir comment on fait pour changer les choses durablement et efficacement. Pour ma part, je pense qu'il faut se battre sur tous les fronts, autant dans la rue que dans les urnes. Et pour cela il faut s'unir pour avancer, à chaque fois que c'est possible. <br /> <br /> Le NPA ne peut pas continuer à diviser les personnes en groupe distinct selon sa convenance. Les pour ou contre la grève générale, les pour ou contre aller au pouvoir, les vrai ou faux révolutionnaires. Le NPA simplifie le débat pour forcer la division. Vous essayez de créer des clivages manichéens qui bloquent toute possibilité d'union. C’est bien dommage…<br /> <br /> Enfin que penser d'un appel a l'unité qui met des critères tellement réducteurs que vous vous retrouvez ... SEUL.<br /> <br /> Est-ce que je sui pour la grève générale? Oui mais pas n'importe comment et pas pour n'importe quoi,. je suis désolé les réponses ne sont pas toujours simple que vous pouvez le penser!<br /> <br /> Pour ce qui est de la grève générale, il faut bien dire qu'elle est une arme qui peut être très puissante face au patronat et au pouvoir comme nous a montré l'exemple de la Guadeloupe, mais elle ne réussit que si elle est suivi par une majorité. Il ne suffit donc pas de la décréter pour qu’elle se mette en marche.
Répondre
P
Les camarades du parti de gauche ont quitté le PS pour fonder leur nouveau parti. Les quelques camarades qui ont choisi de fonder une nouvelle organisation, la gauche unitaire, ont quitté eux aussi le NPA pour fonder leur nouveau parti. C'est leur droit. <br /> C'est d'ailleurs ce que Michèle Ernis a déclaré à son cercle NPA. "Je quitte le NPA pour la gauche unitaire". Une décision que je regrette mais qui me parait logique. On ne peut pas appartenir à deux partis à la fois je crois.<br /> Les responsables de la gauche unitaire n'ont donc pas été écartés. Ils sont partis. Rien d'indigne là dedans.<br /> <br /> Mais discutons plutôt du fond. Pour ou contre la grève générale, comme en Guadeloupe avec le LKP? Avec le PS aux régionales dans 10 mois ou en indépendance maintenue avec le PS, comme le proposait le NPA pour des listes unitaires? Plus difficile de répondre…
Répondre